"Fragiles Colosses" à Saint-Paul-de-Vence

Dernière mise à jour : 13 sept.

Depuis le début de l'été et jusqu'à la fin de l'automne 2022, le village de Saint-Paul-de-Vence accueille neuf œuvres monumentales de Michel BASSOMPIERRE grâce aux Galeries BARTOUX.


Nichés au détour des ruelles de la petite cité provençale, ours et gorilles sont découverts par des dizaines de milliers de visiteurs.


Retour en image sur l'exposition / Réalisation studio Gaël Arnaud.


 

Conférence autour de l'ours


Le vernissage de l'exposition a été l'occasion d'aborder le thème de l'ours grâce à la projection du documentaire de Rémy Marion, "Les Métamorphoses de l'ours polaire", diffusé sur Arte précédemment.


Pendant la projection, Michel BASSOMPIERRE a réalisé une sculpture en direct.


Il a également répondu à une multitude de questions des élèves de CP de Saint-Paul-de-Vence : "Tu as toujours fait ça ? Ils s'appellent comment les outils que tu utilises ? Est-ce que tu vas faire des sculptures toute ta vie ? Est-ce que tu ne fais que des animaux colosses ?" Les enfants ont donné un nom à l'ours polaire réalisé à cette occasion : après vote, il s’appellera "Lucky".



Regards croisés sur l'ours


A l'issue de la diffusion du documentaire, Stéphane DURAND a animé un débat entre le sculpteur et le réalisateur Rémy MARION. Biologiste et ornithologue, Stéphane DURAND a participé comme coauteur et conseiller scientifique aux aventures cinématographiques de Jacques PERRIN. En 2020, il a rejoint les éditions Actes Sud après avoir créé la collection Mondes Sauvages. Il y anime le pôle Sciences, Nature et Société.



Extraits de la conférence


Michel BASSOMPIERRE : Je ne me mets pas dans la peau de l'animal, sauf sur le plan anatomique quelques fois. Un sculpteur doit être un animalier, bien comprendre l'animal, ses humeurs, ses façons d'exister, il faut comprendre son anatomie, mais à la fin, c'est le sculpteur qui a le dernier mot.

Stéphane DURAND : Pourtant, tu m'as dit la première fois que l'on s'est rencontré, que pour faire un ours, il fallait être soi-même un ours. Il doit donc y avoir une résonance dans tes muscles, dans tes mains, avec la forme de l'ours ?

Michel BASSOMPIERRE : Quand on me demande pourquoi avoir choisi l'ours, ce n'est pas du fétichisme. C'est un animal, qui par sa forme tout en rondeur, se prête à la sculpture. Sous la rondeur, sous le pelage, il faut sentir un dessin précis au niveau anatomique. Sinon, au lieu d'avoir une forme ronde, on a une forme molle. Pour moi, une sculpture ce n'est pas quelque chose de figé, d'arrêté ou très symbolique, c'est vivant.


Stéphane DURAND : Rémy, tu as publié un livre : L'Ours, l'autre de l'Homme chez Actes Sud. Cette formule, tu l'as retrouvée chez pas mal de peuples autour du monde dans l’hémisphère nord où les populations ont créé un lien particulier avec l'ours dans lequel ils se reconnaissent.


Rémy MARION : Le cheminement de l'ours et de l'homme dure depuis plusieurs dizaines de milliers d'années. Les hommes ont beaucoup appris de l'ours, notamment pour se nourrir avec des plantes, parce qu'on a le même régime alimentaire. Ils ont en commun cette fraternité de puissance, d'occupation du territoire et d'alimentation.


 

Vernissage de l'exposition


Le vernissage a eu lieu sur le toit de l'auditorium, avec une vue imprenable sur le village.

Avec Monsieur le Maire, Jean-Pierre CAMILLA


Lors de son discours, Monsieur le Maire de Saint-Paul-de-Vence, Jean-Pierre CAMILLA, a inscrit l'accueil des ours et gorilles de Michel BASSOMPIERRE dans la longue tradition artistique du village, marqué notamment par CHAGALL, MATISSE et MIRO.

" D’avoir ici à nos côtés l'un des plus célèbres sculpteur animalier contemporain est un honneur et il est certain que vos animaux trouveront ici un refuge paisible.


Au-delà de la sensibilité dégagée par les œuvres, au-delà du talent de l’artiste, qui dévoile un regard aiguisé, une patience et une humilité unique, il y a ce message fort et tellement d’actualité. Préservons les espèces qui nous entourent. Et qui mieux que l’artiste pour nous alerter et éveiller les consciences à l’heure où le réchauffement climatique fait la une des journaux. "


De gauche à droite : Stéphane DURAND, Rémy MARION, Charles et Alexandre BARTOUX,

Michel BASSOMPIERRE, Jean-Pierre CAMILLA, Laura et Chloé BARTOUX.




73 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout